Sélectionner une page

Le test de paternité est l’analyse génétique nécessaire à la confirmation des liens de filiations biologiques existant entre un homme et un enfant. Aussi connue sous l’appellation de test ADN, cette analyse est habituellement sollicitée lors d’une procédure juridique d’ordre familial.

Pourquoi faire un test de paternité ?

En cas de doute sur la paternité de l’enfant, faire un test ADN permet de reconnaître avec certitude le lien de parenté existant entre deux personnes. Réalisable, uniquement, dans le cadre d’une procédure judiciaire, les résultats du test permettent d’établir ou de contester un éventuel lien de filiation entre deux individus. Sur le territoire français, réaliser un test ne peut pas se faire à titre personnel. Seul le juge du tribunal de grande instance a le pouvoir de l’ordonner.

Contrairement à l’identité de la mère, celle du père soulève généralement des questions. Dans certains cas, il se peut que plusieurs personnes soient présumées être les pères d’un seul enfant. Effectuer un test ADN servira donc à déterminer avec fiabilité l’identité du véritable géniteur. Avec les tests ADN, la science met la lumière sur ces questions de recherche de paternité. Un sujet qui autrefois empêchait un père d’exercer son droit parental sur son propre enfant ou à l’inverse qui permettait au père biologique de l’enfant de fuir ses responsabilités.

Comment faire le test  de paternité?

Il est difficile de mettre un prix fixe sur la réalisation d’un test ADN. Si en moyenne, il faut compter environ 300 euros, un grand nombre de données viennent tout de même influencer le prix final du test. Il en ressort deux méthodes pour effectuer un test de paternité. D’une part, on peut opter pour une analyse sanguine et d’autre part, on procède par la comparaison des prélèvements ADN. Les deux pratiques nécessitent le consentement des deux personnes concernées. Il est à noter que les nouvelles technologies permettent de faire un test ADN prénatal. Entièrement non-invasif, il s’agit tout simplement de faire une prise de sang à la future maman et au présumé papa. Le refus de ce dernier sera considéré comme un aveu de paternité.

Le prélèvement d’un échantillon peut se faire via un kit de test accessible dans les centres spécialisés. Le plus commun de nos jours, ce sont les prélèvements buccaux, mais en dehors des échantillons de salives, il peut s’agir également d’un échantillon de sang ou de sperme. Les échantillons seront ensuite envoyés dans un laboratoire pour une expertise biologique.

Le concept est assez simple, le profil génétique d’un enfant est constitué par ceux de ses deux parents. En isolant celui qui vient de sa mère, on obtient les informations génétiques de son père. Il suffit donc de faire la comparaison avec ceux du présumé père. Si les deux ADNs synchronisent, le test génétique est donc concluant. Ainsi, on peut affirmer que l’individu est le père biologique de l’enfant. Les résultats des tests sont fiables à 100 %.

Qui peut demander un test de paternité ?

L’action en recherche de paternité peut être initiée par la mère, le père ou par les tuteurs de l’enfant. Mais, seul un juge du tribunal de grande instance peut l’agencer. Dans certains cas, l’enfant peut également demander un test de paternité. Dans le cas où le présumé père de l’enfant répond absent, ses parents peuvent prendre sa place en toute légalité pour le bien-être de l’enfant.

Fonctionnement d’un test de paternité à domicile

Certains instituts proposent des tests de paternité à domicile via leur site internet.  Ces laboratoires en ligne fournissent comment faire le test de paternité. Il vous suffit donc de commander un de leur kit de test puis vous réaliserez vous-même les prélèvements en prenant soin de suivre à la lettre les consignes d’utilisation. Il vous faudra donc faire deux prélèvements de salives dont un, pour l’enfant et un autre pour le présumé père. Le kit est livré avec un formulaire de consentement qui devra être signé par le présumé père de l’enfant. En l’absence de ce formulaire, les analyses ne seront, en aucun cas, effectuées. Une fois, les prélèvements effectués et le formulaire de consentement signé, la totalité seront envoyés au labo dans une enveloppe spécialisée. Pour la sécurité de chaque partie concernée, il est fortement recommandé de réaliser tout ce processus dans l’anonymat total.