25 octobre 2021 20 h 59 min

6 conseils pour acheter et conserver l’or

L’or parvient aujourd’hui à nous prouver sa capacité à s’établir comme le métal précieux le plus prestigieux qui soit. Valeur refuge par excellence, il tend à conserver sa valeur de turbulences aussi bien que sa popularité auprès des Français, y compris en période de crise. Néanmoins, son coût demeure volatil et ses fluctuations pourraient être rapides et fortes. Investir dans l’or ne se fait donc pas du jour au lendemain. Un tel projet requiert une stratégie bien ficelée, d’autant qu’il existe aujourd’hui un large panel de possibilités d’investissement. Si vous vous apprêtez à investir dans ce métal précieux à Grenoble, et que vous ne savez pas par où commencer, nous vous invitons à porter une attention particulière sur 6 points en particulier.

Sous quelle forme faut-il acheter de l’or ?

Pour investir de manière simple dans l’or, il apparaît plus opportun d’en faire l’acquisition sous sa forme physique ou d’investissement. Pour ce faire, il convient de contacter un spécialiste de l’achat d’or sur Grenoble, votre agence bancaire ou une boutique spécialisée. La directive 77/388/CEE de la Communauté économique européenne scinde l’or d’investissement en 3 catégories bien distinctes.

  • Les lingots, barres et plaquettes de plus de 1 g et dont la pureté est supérieure ou égale à 995 millièmes ;
  • Les pièces d’or frappées après 1800, présentant une pureté d’au moins 900 millièmes, ayant ou ayant eu cours légal dans leur pays d’origine et bénéficiant d’une cotation qui n’excède pas 80 % du prix du métal précieux contenu dans la pièce ;
  • Le métal jaune physique dont détiennent les particuliers et qui est représenté par des titres (au moins 995 millièmes).

Dans tous les cas, l’or d’investissement ne présente que peu de risques, contrairement à l’or « papier » ou ETF (Exchanged Traded Fund), qui fait référence à l’or acheté sous forme de contrats négociables en bourse. Ces derniers sont accompagnés de frais de gestion et associés à des risques inhérents à la fiabilité de l’émetteur. De plus, l’or physique représente un patrimoine qui connaît chaque année un gain de valeurs. Il a alors la capacité de rassurer son détenteur en période financière ou économique, d’autant que sous sa forme d’investissement, il n’est pas assujetti à la TVA.

achat conservation or

Les lingots d’or sont-ils intéressants ?

Bien qu’étant très médiatisés et incarnant une valeur sûre, les lingots d’or présentent certains inconvénients. Ceux-ci ne sont en aucun cas fractionnables. Cela étant dit, acquérir puis revendre un lingot de 1 kg, par exemple, implique un coût relativement conséquent et potentiellement un délai de vente rallongé.

Les lingots sont de surcroît difficiles à stocker, surtout ceux d’une dimension conséquente, sans compter le fait qu’ils sont délicats à transporter. On peut ajouter à tout cela l’impossibilité de vendre les lingots plus chers que leurs valeurs en or.

Qu’en est-il des pièces d’or ?

Les pièces d’or constituent indubitablement un placement intéressant. Et pour cause, elles sont d’une part très liquide et sont par conséquent faciles à acheter et vendre. D’autre part, les pièces d’or sont associées à une prime dont les variations permettent à leur détenteur de prétendre des plus-values au moment de la revente ainsi qu’à une rentabilité optimisée. Grâce à cette prime, le coût d’une pièce peut excéder la valeur de l’or qu’elle contient.

Que vous ayez fait le choix d’acheter un lingot ou une pièce, ne privilégiez que les produits sous scellé. Le scellage atteste effectivement leur valeur et leur authenticité. Il facilite aussi leur conservation.

Quelle est la réglementation relative au marché de l’or ?

Conformément à la directive 91/308/CEE, tous ceux qui vendent de l’or sur Grenoble ou ailleurs sont automatiquement soumis aux obligations relatives à la lutte contre le blanchiment d’argent. Ils se doivent également de se soumettre aussi bien aux contraintes relatives à la garantie des métaux précieux qu’aux dispositions qui s’appliquent aux organismes financiers.

En vertu de l’article 298 sexdecies E du Code général des impôts, les assujettis sont tenus de collecter et converser (pour une durée qui ne dépasse pas 6 ans) toutes les données qui permettent d’identifier chaque client concerné par des transactions portant sur le métal jaune d’investissement et dont le montant est supérieur à 15 000 €. Cette disposition légale concerne à la fois les ventes publiques et les opérations de gré à gré. Pour satisfaire à cette obligation, les assujettis doivent tenir un registre des acquisitions, ventes et livraisons. Il faut également souligner que la loi interdit tout règlement en espèce, de quelque montant que ce soit.

Comment fonctionne le cours de l’or ?

Puisque le cours de Bourse officiel en France a disparu en 2004, le cours qui sert désormais de référence mondiale est celui indexé par London Bullion Market Association (LBMA), une organisation regroupant fabricants, banques internationales, négociants et raffineurs. Que vous soyez à Grenoble ou ailleurs, c’est cette marque qui sert de référence pour le cours de l’or.

Cette cotation de référence est fixée quotidiennement au moyen de deux fixings établis par la LBMA : le premier à 10 h 30 et le second à 15 h. Ces fixings ne sont autres que le fruit de la confrontation entre l’offre et la demande. Une faible demande et une offre conséquente amènent ainsi la LBMA à revoir à la baisse le coût de l’or, tandis que le cas inverse débouche sur la hausse du prix de ce métal doré. La cotation qui résulte des fixings est libellée en euro et en USD (dollar américain). Elle n’est exprimée ni au kilogramme, ni au gramme, mais en once. Une once d’or équivaut à 31 104 grammes. Ainsi, pour estimer le coût de l’or, on n’a qu’à diviser par 31 104 le cours officiel.

Au-delà du niveau de la demande d’or, d’autres facteurs peuvent favoriser la fluctuation du cours de l’or. Parmi ceux-ci, on cite notamment les taux d’intérêt et les évènements géopolitiques. Il est alors évident que quand les taux d’intérêt augmentent ou en période de conflits internationaux, la cotation suit automatiquement une tendance à la hausse.

Où revendre son or ?

Vous désirez revendre à un prix plus avantageux votre or d’investissement pour ainsi générer rapidement des liquidités ? Avant de vous lancer, vous devez garder à l’esprit que les services de rachat ne se valent pas tous. Cela veut dire que vous ne devez en aucun agir à la hâte. Dans tous les cas, plusieurs options s’offrent le plus souvent à vous : établissements bancaires, boutiques spécialisées, agences et courtiers en ligne…

Si possible, il vaut mieux faire l’impasse sur les banques. En déposant votre or à des banques à Grenoble, vous faites le choix de le revendre sur les marchés boursiers. Vous ne détenez plus vraiment votre métal jaune et vous devrez vous acquitter des frais engendrés par cette option qui sont souvent conséquents (estimation, expédition…). Et les pièces d’or ne seront nécessairement pas toutes admises sur les marchés financiers. Dans l’éventualité où vos pièces seraient refusées, puisqu’elles présentent des détériorations apparentes, vous aurez tout de même à payer les frais relatifs à leur envoi par la banque.

Les autres options (agences, boutiques et courtiers) sont quant à elles bien plus avantageuses. Les services d’expertise y sont sans frais, il n’y a pas de critères esthétiques exigés (seuls le pourcentage d’or pur et la quantité conditionnent le coût final) et le prix défie toute concurrence. Il y a également la possibilité de faire grimper le coût en cas de pièces rares et les transactions sont entièrement sécurisées.

Qu’en est-il de la taxe sur la vente d’or ?

Dans le cadre de la vente d’or d’investissement, deux modes d’impositions sont possibles, et libre à vous de choisir celui que vous jugez avantageux. Vous pouvez choisir la taxe forfaitaire fixée à 11,5 %, soit 10,5 de TMP (taxe sur les métaux précieux) et 0,5 % de CRDS (contribution au remboursement de la dette sociale). En choisissant ce mode d’imposition, les plus-values éventuelles n’entrent pas en ligne de compte dans le calcul.

Vous pouvez aussi opter pour la taxe sur la plus-value réelle fixée à 36,2 %, soit 17,2 % de prélèvements sociaux et 19 % d’impôts sur la plus-value. Celle-ci n’entre en vigueur qu’à partir du moment où vous êtes parvenu à générer des bénéfices lors de la revente. À partir de la 2e année de détention, les plus-values imposables bénéficient d’un abattement de 5 % par année. Puis, au bout de 22 ans de pleine détention, aucune taxe ne sera due (exonération totale).

Pour ce qui est des bijoux et pièces d’or antérieures à 1800, deux systèmes de taxation sont également possibles :

  • Taxe forfaitaire de 6,5 % : celle-ci ne concerne que les transactions au-delà de 5 000 € ;
  • Taxe sur la plus-value réelle de 36,2 % : celle-ci s’applique dès que vous réalisez des plus-values, et ce, quel que soit le montant de la transaction. Par contre, vous bénéficiez d’un abattement de 5 % par an à compter de la 2e année de détention et d’une exonération totale de la taxe au bout de 22 ans.

À vous de voir quelle est la meilleure option à choisir pour vous.

achat vente cours or

Comment stocker et conserver son or physique ?

Vous devez vous abstenir de stocker votre or physique chez vous ou aux alentours de votre domicile à Grenoble. Dans le cas présent, les risques de cambriolages et de perte sont conséquents, et ce, malgré toutes les précautions que vous avez prises (coffre hautement sécurisé, système d’alarme, cachette introuvable…). Il est alors plus prudent de jouer la carte de l’externalisation en l’entreposant par exemple dans le coffre d’un établissement bancaire proposant ce genre de prestation.

Vous pouvez aussi faire le choix de confier le stockage de votre métal doré à des acteurs spécialisés dans l’achat, la vente et la garde en coffre. Peu importe votre choix, il est dans votre intérêt de faire jouer la concurrence et d’exiger à chaque prestataire un titre ou un certificat de propriété. Pour ce qui est de la conservation, il est impératif de ne pas ouvrir le scellé. En plus d’être une garantie de traçabilité, d’authenticité et de qualité, ce scellé protège votre métal précieux contre les chocs et les rayures. Lorsque vous n’y touchez pas, votre or ne risque pas de perdre de la valeur.

Sources :

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000000692054/

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000000887636

https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000006304542#:~:text=1.,sup%C3%A9rieur%20%C3%A0%2015%20000%20%E2%82%AC.