25 octobre 2021 14 h 47 min

Comment bien négocier son assurance de prêt immobilier ?

assurance de prêt immobilier

Prix du bien, frais de notaire, coûts d’éventuels travaux… Primo-accédants, vous avez forcément pris en compte tous ces points au moment d’évaluer votre budget pour votre futur achat immobilier. Cependant, avez-vous pensé à l’assurance de prêt immobilier ? Cette dernière a un impact majeur sur vos finances, puisqu’elle peut représenter plus de 30 % du coût du crédit. Il est donc indispensable de s’intéresser de plus près à ce paramètre et d’apprendre à négocier correctement son contrat. Vous ne savez pas vraiment comment vous y prendre ? Suivez le guide.

L’assurance de prêt immobilier, un gage de sécurité nécessaire

L’assurance de crédit immobilier constitue un passage obligatoire lorsqu’on souscrit à un crédit immobilier. En effet, celle-ci permet d’être protégé en cas de décès, d’accident et/ou de perte d’emploi. Une sécurité à la fois pour l’emprunteur, mais également pour l’organisme de crédit, qui se verra totalement ou partiellement indemnisé des mensualités de prêt restantes dans le cas où l’emprunteur n’est plus apte à les rembourser. Le contrat choisi doit s’ajuster aux profils des assurés et à ses risques. Les garanties les plus courantes sont :

  • La garantie Décès : l’assureur s’engage à verser la somme restante due au jour du décès à l’organisme prêteur.
  • La garantie Perte Totale et Irréversible d’Autonomie (PTIA) : celle-ci intervient dans le cas d’accidents ou de maladies. Dans cette situation, la personne assurée n’est plus capable de travailler, ni d’effectuer les gestes du quotidien.
  • La garantie ITT (Incapacité Temporaire Totale) : l’assureur prend en charge les mensualités de prêt durant la période pendant laquelle l’individu n’est plus à même de travailler.
  • La garantie IPT (Invalidité Permanente Totale) et garantie IPP (Invalidité Permanente Partielle) : ces garanties obligatoires impliquent que l’assuré ne peut reprendre sa profession habituelle à la suite d’un accident ou d’une maladie. Si celui-ci présente un taux d’invalidité égal ou supérieur à 33 % (mais inférieur à 66 %), on parle de la garantie Invalidité Permanente Partielle. Dans le cas où l’individu présente un taux supérieur à 66 %, c’est la garantie Invalidité Permanente Totale qui entre en jeu.
  • La garantie Perte d’emploi : cette garantie est facultative et, comme son nom l’indique, vous couvre si vous perdez votre emploi et ne parvenez plus à vous acquitter de vos échéances.
    • respecter un délai de préavis de 2 mois ;
    • respecter l’équivalence des garanties (le principe d’équivalence des garanties, stipule que votre nouveau contrat doit offrir un niveau de couverture équivalent par rapport au contrat proposé en interne.)

Pourquoi négocier son assurance de crédit immobilier ?

Vous le savez à présent : l’assurance de prêt immobilier peut représenter jusqu’à un tiers du coût global du financement. Des frais conséquents pour votre portefeuille, sur lesquels il est bon de pouvoir revenir de temps à autre afin de faire le point. Il est probable que votre état de santé ou votre métier évoluent au fil des années et ne soient plus les mêmes qu’au moment où vous avez souscrit au contrat : cela peut avoir une véritable incidence sur vos cotisations.

Négocier son contrat d’assurance prêt constitue une excellente solution pour économiser sur son crédit immobilier. Il s’agit d’une pratique encore méconnue par la plupart des Français, mais qui a le mérite de vous faire réaliser des économies conséquentes. Pratique si vous souhaitez vous lancer dans un autre projet d’achat immobilier par la suite ! Pour revoir votre assurance de crédit immobilier, vous disposez de deux solutions : renégocier les termes de votre contrat avec votre banque ou utiliser la délégation d’assurance et faire jouer la concurrence. À vous de voir ce qui sera le plus adapté à votre situation.
Question coûts, gardez en tête qu’il est interdit de faire payer les emprunteurs qui souhaitent modifier leur contrat. Changer d’assurance pour son crédit immobilier est donc une démarche 100 % gratuite.

La délégation d’assurance : souscrire un contrat d’assurance auprès de l’assureur de votre choix

Lorsque votre banque vous accorde un prêt immobilier, celle-ci vous propose automatiquement une assurance en interne. Mais, depuis la loi Lagarde adoptée en 2010, tous les bénéficiaires d’un crédit sont autorisés à souscrire à un contrat d’assurance à l’extérieur, autrement dit auprès d’un autre établissement. Peu d’emprunteurs sont au courant de cette possibilité.

Et pourtant, rien ne vous oblige à souscrire à l’assurance de crédit immobilier de votre banque. Vous êtes parfaitement libre de faire appel à une autre société et d’opter pour une assurance de prêt « hors banque ». Résultat : des garanties mieux adaptées à votre profil et des économies de réalisées. N’hésitez pas à faire appel à un courtier spécialisé afin de profiter des meilleures offres sur le marché. À la clé, un gain non négligeable de temps et d’argent !

Pensez-y chaque année

S’il n’était possible auparavant de négocier ou résilier son assurance de prêt immobilier que pendant les premiers 12 mois suivant la signature de l’offre de prêt, sachez que vous avez aujourd’hui le droit de renégocier votre contrat d’assurance emprunteur de façon annuelle. En effet, la loi Bourquin vous autorise à renégocier votre contrat d’assurance de crédit immobilier à chaque date anniversaire de la signature. Cet amendement de la loi Hamon est en vigueur en France depuis 2017. Vous devez néanmoins réunir deux conditions :
Si ces conditions sont réunies, votre banque est tenue d’accepter le changement de contrat. Notez qu’il reste possible de modifier son contrat en dehors de la date d’anniversaire : vous pouvez l’envisager lors de la vente de votre bien immobilier ou dans le cas d’un rachat de crédit. Il ne vous reste plus qu’à envoyer votre résiliation par lettre recommandée avec accusé de réception à la banque et à comparer les assurances de prêt les plus proches de vos besoins.

Quel changement pour l’avenir ?

En octobre 2020, les députés de l’Assemblée nationale ont voté en faveur d’une loi permettant de résilier à n’importe quel moment de l’année son assurance emprunteur. Ils ont finalement fait machine arrière et sont revenus sur leur décision quelques semaines plus tard. Pour l’instant, la date anniversaire du contrat reste donc le seul moment toléré pour modifier son contrat en tant qu’assuré.