5 décembre 2021 6 h 53 min

Pourquoi les gestionnaires de patrimoine doivent devenir maîtres de leurs données

 

 

 

La banque privée 4.0 est à nos portes. La technologie numérique et une stratégie commerciale très ciblée – il n’y a pas si longtemps des ” nice-to-haves ” – devraient toutes deux devenir des ” must-haves ” dans ce monde de clients avisés et exigeants. Les entreprises qui sont à la traîne pourraient en voir les résultats dans des lignes de fond déprimées.

C’est l’histoire qui ressort des premiers résultats de l’enquête 2020 d’Orbium au niveau des C, qui sera publiée au printemps. Pour cette enquête, nous avons interrogé la C-suite de banques privées de toutes tailles à travers l’Europe et l’Asie sur leurs ambitions futures en matière de stratégie, d’opérations, de performance, de clients et de personnel. Elle a révélé une image intéressante de la relation entre ces domaines et l’utilisation par les participants de la technologie pour stimuler la rentabilité et la croissance.  

 

Les premiers résultats montrent que les gestionnaires de patrimoine s’attendent à une pression continue à la fois sur les revenus et les coûts.

En ce qui concerne les marges brutes, 38 % s’attendent à des baisses en raison des pressions sur les prix, des taux d’intérêt bas et de la prudence des investisseurs en matière de risque et de volatilité. Et deux tiers incroyables s’attendent également à ce que les coûts augmentent en raison de la complexité opérationnelle et des inefficacités dans le middle et le back-office.

 

Comprendre les défis

 

Les opinions des dirigeants interrogés sont influencées par plusieurs développements clés. Tout d’abord, l’incertitude accrue quant à l’état de l’économie mondiale – grâce à la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine – a entraîné la volatilité et la fluctuation des marchés dans pratiquement toutes les classes d’actifs traditionnelles. Cette situation a été aggravée par des taux d’intérêt bas, voire négatifs, en Europe et aux États-Unis. Pris ensemble, cet environnement fait qu’il est plus difficile pour les gestionnaires de patrimoine d’assurer la croissance des portefeuilles de leurs clients tout en réalisant des bénéfices pour eux-mêmes.

 

Deuxièmement, l’incertitude et les faibles taux d’intérêt ont déclenché un déplacement perceptible de certains clients vers des classes d’actifs plus récentes comme les fonds environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) et les investissements non financiers liés à la passion et au style de vie, notamment les voitures, le vin, l’art et l’immobilier, car ils essaient de trouver des refuges sûrs pour leur patrimoine et recherchent la croissance. De nombreuses banques privées admettent ne pas être en mesure d’offrir aux clients des conseils suffisants sur ces actifs et un accès à ceux-ci.

 

Troisièmement, il est devenu de plus en plus difficile de fidéliser les clients et d’en recruter de nouveaux pour développer l’activité. La concurrence s’est intensifiée en raison des nouveaux entrants et de la consolidation des acteurs existants – ainsi que de la montée en puissance du family office. En outre, les nouvelles générations de clients familiaux ne sont pas aussi fidèles que leurs aînés et ont des besoins et des exigences qui ne peuvent être satisfaits de manière rentable que par une stratégie moderne et numérique. Face à ces défis, de nombreux petits acteurs admettent ne pas disposer de la structure et de la stratégie adéquates pour se développer.

 

Gérer le paradoxe des données personnelles

 

L’enquête d’Orbium révèle que pour affronter la tempête créée par la dynamique actuelle du marché, les gestionnaires de patrimoine se tournent de plus en plus vers la technologie pour les aider à fournir des services multicanaux complets, centrés sur le client. Alors qu’aujourd’hui, seuls 23 % d’entre eux offrent cela, 76 % des personnes interrogées s’attendent à pouvoir le faire d’ici 2025.

 

Mais, il y a toujours un mais, cela exigera une excellente sécurité et une bonne garde des données. Notre enquête montre que de nombreux répondants sont préoccupés par le “paradoxe des données personnelles”. D’un côté, l’utilisation efficace des données présente un énorme potentiel pour les aider à se développer de manière rentable et à fournir les services que les clients souhaitent. Mais d’autre part, elle présente des risques majeurs pour l’entreprise si elle n’est pas gérée de manière sécurisée et conforme à la réglementation (par exemple, le GDPR en Europe). Bon nombre des personnes interrogées ne sont pas encore tout à fait au point lorsqu’il s’agit d’aborder cette question. Seuls 33 % d’entre eux font actuellement des mesures de risque et de sécurité une priorité informatique de premier ordre, même si ce chiffre devrait passer à 55 % d’ici 2025.

 

Stratégie et structure comme solutions

 

Nos premiers résultats d’enquête indiquent une reconnaissance du fait que les gestionnaires de patrimoine doivent non seulement se numériser, mais aussi adopter une stratégie commerciale, des processus et des structures appropriés pour devenir une entreprise de gestion de patrimoine numérique. Il s’agit d’apprendre à utiliser les données comme un atout, mais aussi de les protéger pour éviter qu’elles ne deviennent un handicap. De nombreuses entreprises peuvent encore avoir besoin d’ajuster leur approche des données et recherchent de l’aide pour mieux relever les défis à venir et se préparer à l’avenir pour réussir.

 

La bonne nouvelle est qu’en poursuivant l’analyse des réponses à notre enquête, nous serons en mesure de fournir des indications précieuses sur les domaines dans lesquels les entreprises doivent s’adapter pour être en phase avec les valeurs et les objectifs de vie qui influencent les besoins patrimoniaux de leurs clients. Forts de ces connaissances, les gestionnaires de patrimoine pourront faire des choix éclairés sur la manière de développer des stratégies plus efficaces pour réaliser des investissements ciblés et pertinents en vue d’une croissance rentable. Surveillez cet espace pour d’autres résultats de notre enquête