Nul n’aime ramasser le travail de son collègue, surtout de quelqu’un qui prend de longues pauses déjeuner, fait défiler Instagram toute la journée, rate sans vergogne son échéance et ne donne pas son cent pour cent à un projet.

En fait, quatre-vingt-treize pour cent des personnes qui travaillent en équipe le font avec au moins une personne qui ne fait pas sa part du travail.

Maintenant, si votre travail souffre du comportement de votre collègue, quelle devrait être la meilleure marche à suivre ? Découvrons-le.

Optez pour la conversation plutôt que la confrontation

Lorsque cela devient courant et que votre travail est affecté par le comportement de votre collègue, il est temps de parler sans adopter un ton accusateur. De plus, si vous n’êtes pas le patron, alors dire carrément à un collègue de se mettre au travail n’est pas conseillé.

Dans un tel scénario, vous pourriez dire directement à la personne que son délai manqué a mis en péril l’affaire d’un client, ou que ses départs prématurés vous ont conduit à faire des heures supplémentaires au bureau. Veillez à ce que le dialogue reste positif et tourné vers l’avenir.

Utilisez des déclarations comme « Je crains que si nous n’envoyons pas ces e-mails à temps, nous perdions des clients. » Communiquez stratégiquement pour que vos commentaires donnent l’impression d’être moins conflictuels et plus « J’ai besoin de vous, comment pouvons-nous régler ce problème ensemble ? » Cette approche directe est susceptible de faire l’affaire.

 

Se mettre à leur place

Travailler avec un collègue qui ne se donne pas à fond peut être exaspérant. Cependant, plutôt que de perdre votre sang-froid et de porter des jugements rapides, il est important d’aller à la source du problème. Le relâchement n’est pas toujours synonyme de paresse. La personne peut simplement être bloquée sur une idée, confuse à propos d’un projet ou simplement dépassée par une charge de travail excessive. Elle peut également être confrontée à des problèmes à la maison ou avoir du mal à apprendre un nouvel ensemble de compétences.

Si vous trouvez que votre collègue fixe son ordinateur toute la journée et ne fait rien de substantiel, c’est toujours une bonne idée de proposer professionnellement votre aide. Découvrez comment vous pouvez aider à soulager ses épaules d’un certain poids. Cela ne signifie pas que vous fassiez leur travail à leur place. Vous pouvez simplement partager des astuces de productivité, prêter l’oreille ou offrir des conseils et des commentaires. Offrir ce genre d’assistance pourrait être tout ce dont ils ont besoin pour s’ouvrir et se remettre sur les rails.

 

Comprendre ce qui les motive

Les gens réagissent aux règles de quatre façons différentes et se classent dans l’un de ces types de personnalité :

  • Le défenseur est quelqu’un qui « accepte les règles, qu’elles viennent de l’extérieur ou de l’intérieur. » Ils ont tendance à bien réagir aux horaires et aux listes de choses à faire.
  • Le Questionneur, comme son nom l’indique, « remet en question les règles et ne les accepte que si elles ont un sens. Il peut choisir de suivre les règles, ou non, selon son jugement. » Cette personne se réveille en se demandant : « Qu’est-ce qui doit être fait aujourd’hui ? »
  • Le Rebelle est un individu qui « fait fi des règles, de l’extérieur ou de l’intérieur. Ils résistent au contrôle. » Cette personne se réveille le matin en se disant :  » Qu’est-ce que je voulais faire aujourd’hui ? « 
  • L’Obligeur est une personne qui  » accepte les règles extérieures, mais n’aime pas se donner des propres règles.  » Comme son nom l’indique, il se concentre sur ce que l’on attend de lui, pas plus.

Avant d’aborder une personne, vous devez comprendre à quel type d’individu vous avez affaire. Si votre collègue, par exemple, est un « rebelle », faire de la micro-gestion ou donner des ordres ne sera pas efficace. Si vous avez affaire à un « questionneur », vous pouvez lui donner une raison solide pour laquelle sa contribution est nécessaire. La façon dont vous formulez une demande peut en fait faire toute la différence.