Dans le cours normal de notre vie, il nous arrive d’être confronté à un certain nombre de litiges. Le pire, ce sont les difficultés de plus en plus rencontrées dans la résolution de ces problèmes. Alors, qu’est-ce qu’une résolution adéquate des différends et comment s’y prendre ?

Une résolution adéquate des litiges : définition

Avant d’évoquer comment résoudre son litige, il est important de faire la lumière sur ce que c’est qu’une résolution optimale d’un différend. En effet, la résolution adéquate d’un litige correspond à un ensemble composé des méthodes les plus diverses de résolution des conflits, qui ont des caractéristiques spécifiques qui s’appliquent selon la situation factuelle et le contexte du différend. La médiation, intenter une action à la justice en sollicitant par exemple des juristes, un avocat au québec ou à Paris sont entre autres des méthodes d’une résolution adéquate d’un litige.

Voici comment résoudre son litige

La médiation

La médiation est un processus dans lequel un tiers ; le médiateur, aide les parties à parvenir à un accord sur le différend. Il s’agit d’un processus informel et flexible avec une grande implication des parties dans la recherche d’une solution au différend. Elle est également une procédure qui respecte l’autonomie de la volonté des parties et valorise la confidentialité, l’oralité, l’informalité et la rapidité, des attributs indispensables au bon traitement des litiges au sein de la famille. Toutefois, il faut préciser que la médiation est la méthode indiquée pour les cas dans lesquels il existe une relation avant le conflit et un intérêt à maintenir le lien entre les parties, comme cela se produit généralement dans les situations de conflits familiaux.

Le règlement à l’amiable

Face à un litige, avant de déposer une plainte, il est essentiel d’essayer un règlement amiable. Le règlement amiable est l’un des moyens de résoudre les différends dans le droit international des droits de l’homme. A l’image de la médiation, c’est une méthode qui vise à rétablir les intérêts des parties. Sauf qu’ici, on n’a pas forcément besoin d’un médiateur. Les deux parties peuvent se rencontrer, discuter, dialoguer et se comprendre pour trouver un terrain d’entente. Toutefois, le règlement à l’amiable peut se réaliser en présence d’un professionnel de la justice. Ça instaure une certaine crédibilité et inspire confiance dans l’esprit des parties.

Par ailleurs, la recherche de solutions consensuelles ne signifie pas que les conflits qui ne sont pas résolus ou ne peuvent pas être résolus en dehors du système judiciaire seront exclus de l’appréciation du pouvoir judiciaire. L’exercice du droit d’action, la complexité de la question de droit ou preuve, l’hypervulnérabilité de l’une des parties, entre autres, peuvent favoriser une telle possibilité. La justice s’exprime à travers la loi, mais pas seulement à travers elle. Cela peut sembler plus ou moins la même chose, mais les moyens alternatifs ou les moyens adéquats de résolution des conflits, une fois utilisés de manière responsable, sont des outils indispensables au pouvoir judiciaire, principalement pour leurs fondements fonctionnels, sociaux et politiques, qui supposent, respectivement, l’efficacité, la pacification et la participation populaire.