5 décembre 2021 6 h 52 min

3 choses à savoir sur la Supply chain

Pour être compétitif sur son marché, il est question de savoir livrer à temps et convenablement, mais aussi au meilleur prix possible ses clients (revendeurs ou consommateurs finaux). Il convient également de savoir maîtriser les coûts de chaque processus qui contribue à l’atteinte de l’objectif final. Afin que l’on puisse y parvenir, on doit attacher un soin particulier à son « Supply chain management » ou, en français, sa gestion de chaîne d’approvisionnement. Nous allons découvrir en 3 points ce que c’est exactement la Supply chain.

Qu’est-ce que la Supply chain ?

Apparu pour la première fois en 1958, le terme anglo-saxon « Supply chain » est utilisé pour désigner la chaîne d’approvisionnement. Il se réfère ainsi à un processus qui englobe un ensemble d’opérations et de tâches de production. Ces dernières s’enchaînent depuis l’approvisionnement en matières premières, leur acheminement vers le site de production et leur transformation, jusqu’à la livraison du bien à la clientèle finale. Un certain nombre d’étapes d’intermédiaires jalonnent la supply chain, dont les plus importantes sont les suivantes :

  • sélection des fournisseurs,
  • réception des matières premières,
  • fabrication du produit semi-fini ou fini,
  • stockage,
  • transport du produit,
  • acquisition et règlement de la facture par le client final.

En clair, la Supply chain est la gestion des moyens, ressources, outils et méthodes visant à piloter le plus efficacement possible la chaîne d’approvisionnement et à permettre aux entreprises de respecter leurs engagements auprès de leur clientèle, tant en matière de coûts que de délais. Elle diffère cependant de la logistique, les deux termes faisant souvent l’objet d’une confusion. Faisant référence à la gestion de l’entrepôt, des flux de transport (internet et externe), des approvisionnements et de la livraison, la logistique n’est qu’une activité parmi tant d’autres dans la chaîne d’approvisionnement.

Parmi les principaux acteurs de la Supply chain, on cite notamment les producteurs, les usines (le cas échéant), les fournisseurs, les prestataires logistiques, les distributeurs, les clients finaux…

Supply chain : comment piloter les commandes dans la gestion du transport ?

Certains professionnels font le choix de recourir à un logiciel TMS pour gérer le transport, et donc pour piloter efficacement leurs commandes et optimiser leur chaîne d’approvisionnement, tandis que d’autres optent pour une plateforme collaborative de transport. Il existe également de nombreuses entreprises qui combinent les deux pour prétendre à un gain d’efficacité et de réactivité.

supply chain commandes gestion du transport

S’aider d’un logiciel TMS (Transport Management System)

Face à la complexité et la multitude des opérations jalonnant la Supply chain, l’entreprise peut compter sur cette plateforme de pilotage pour agréger commandes et moyens de transport (maritime, routier, aérien et ferroviaire). L’outil TMS tient compte des carnets de commandes pour ensuite les associer automatiquement à toutes les sociétés de transports composant les flux de transports.

Il répond aussi aux besoins de traçabilité fine et de suivi irréprochable de l’entreprise utilisatrice. Autrement dit, il offre à cette dernière la possibilité de suivre en temps réel ses opérations, et surtout d’apporter aux clients des informations aussi crédibles que précises quant au statut de leur commande. La plateforme TMS peut évaluer finement les coûts et l’empreinte environnementale de l’entreprise. Certaines d’entre elles vont même jusqu’à informer rapidement leur utilisateur des différents soucis vis-à-vis de ses prestataires et à l’aider à prendre des décisions stratégiques.

L’implémentation d’un logiciel TMS accroît significativement la réactivité de l’entreprise, améliore sa promesse client, lui fait gagner en crédibilité et lui permet de satisfaire amplement la clientèle. L’outil l’aide en plus à maîtriser ses coûts autant que son impact environnemental. La solution est aussi synonyme de gain de temps et de performance puisqu’elle automatise les tâches chronophages et augmente les cadences d’expéditions.

Opter pour une plateforme collaborative de transport

Hormis le logiciel TMS, il est aussi possible de miser sur la plateforme collaborative de transport. Cette dernière est programmée de façon à pouvoir aider son utilisateur à optimiser ses flux de transports, à accéder à un large panel de transporteurs et à identifier ceux qui sont les plus pertinents. Telle une bourse de fret, elle permet à l’entreprise d’accéder en quelques clics aux tarifs de chaque transporteur, à ses capacités de chargement, ses disponibilités et aux détails relatifs à ses véhicules de transport.

Grâce à une plateforme collaborative de transport, toute entreprise peut planifier et exécuter facilement ses opérations de transport tout en améliorant la qualité de ses services. Elle profite en plus d’une visibilité en temps réel ainsi que d’une traçabilité accrue de ses opérations. L’interaction avec l’ensemble de son écosystème logistique se fera en toute simplicité.

Les principaux flux qui constituent la Supply chain

La Supply chain est constituée de 3 principaux flux, à savoir les flux physiques, les flux d’informations et les flux administratifs et financiers. La gestion de la chaîne d’approvisionnement permet ainsi de piloter efficacement ces différents flux de façon à ce que les frais de transport, les coûts d’approvisionnement et les délais de livraison puissent s’équilibrer.

Les flux physiques

S’opérant à différents niveaux, ils se rapportent au transport et au stockage de marchandises. En guise d’exemple, pour la commercialisation d’un produit manufacturé, les flux physiques comprennent notamment ceux allant :

  • du site de production à l’entrepôt du fournisseur ;
  • de l’entrepôt du fournisseur à l’enseigne du distributeur (boutique, magasin, site e-commerce…) ;
  • du distributeur jusqu’au client final.

On peut ainsi associer les flux de marchandises à la logistique. Ils se scindent en deux flux distincts, dont les flux internes (transformation, usinage, manutention, gestion de stocks intermédiaires via un cadencier notamment) et les flux externes (flux amont ou d’approvisionnement et flux aval ou de distribution).

supply chain transport et logistique

Les flux d’informations

Ces flux concernent toutes les données qui s’articulent autour de la Supply chain et qui sont au service de son optimisation. Regroupées au sein de la base de données d’une entreprise et intimement liées aux flux physiques, ces données se présentent sous diverses formes, à savoir :

  • les données personnelles des clients,
  • les données relatives aux prestataires et fournisseurs,
  • les carnets de commandes,
  • les catalogues produits,
  • les moyens de transport choisis,
  • l’historique des transactions,
  • les indicateurs de performances…

En se basant sur ses données, l’entreprise peut anticiper facilement la demande et y répondre efficacement. Elle peut déterminer la bonne quantité de matières premières à commander, le nombre exact de produits à produire, etc.

Les flux financiers et administratifs

Ces flux font référence à l’ensemble des transactions et documents administratifs circulant entre les acteurs de la chaîne d’approvisionnement, dont l’entreprise elle-même, les fournisseurs, les sous-traitants, les partenaires, les prestataires… On y répertorie entre autres :

  • le traitement des commandes,
  • l’inspection du calendrier de livraisons,
  • le suivi des commandes et paiements,
  • les rapports de gestion…

Les volets financiers et administratifs ont une importance cruciale dans le sens où ils permettent une gestion optimisée de la trésorerie et garantissent une meilleure fluidité de la Supply chain.